#2 – Les origines d’Halloween

Un navet transformé en citrouille !

La Libellule > Côté marais, chroniques > #2 – Les origines d’Halloween

<< Épisode 1

En Bretagne encore au milieu du XXe siècle, une réminiscence de la Samhain perdurait à travers une tradition consistant à laisser de la nourriture et une bûche allumée dans la cheminée pour réchauffer l’âme des morts qui revenaient la nuit de la Toussaint et les nuits de solstices.

Contrairement à une idée très répandue, Halloween n’est pas une fête américaine mais bien Celte. Moins suivie en France malgré un retour depuis les années 90, elle reste très populaire en Irlande, au Pays de Galles, en Écosse et dans certaines régions d’Angleterre. Elle fut importée aux États-Unis, au Canada et en Nouvelle-Zélande avec les grandes périodes migratoires irlandaise et écossaise, faisant de cette fête un mélange de traditions ancestrales et d’inspirations autour de l’imaginaire de la mort, du mystère, de la magie et des mythes, portée également à travers la littérature et le cinéma.

Dans le vieux conte irlandais de Jack O’ Lantern [1] – le personnage le plus populaire de la fête d’Halloween qui inspira L’Étrange Noël de Mister Jack de Tim Burton – Jack, ancien maréchal-ferrant avare, ivrogne, méchant et égocentrique, trompa le diable par deux fois, lui faisant finalement promettre de ne jamais prendre son âme. Mais lorsqu’il mourut et que l’entrée du paradis lui fut refusée en raison de sa mauvaise vie, le Diable lui refusa également l’entrée en enfer, conformément à sa promesse. Cependant, il lui concéda un morceau de charbon ardent afin d’éclairer son chemin dans le noir, que Jack plaça dans un navet creusé pour en faire une lanterne. Ainsi, Jack fut condamné à errer avec sa lanterne entre l’enfer et le paradis jusqu’au jour du jugement dernier.

Jusqu’au milieu du XXe siècle en Bretagne et dans le nord de la France, on creusait des navets ou des betteraves pour les transformer en lanternes aux figures effrayantes, puis on les disposait dans les coins sombres pour effrayer les esprits. La citrouille étant plus facile a travailler, elle remplaça le navet, devenant le symbole d’Halloween.

Aujourd’hui, aux couleurs du noir et de l’orange, de l’obscurité et du feu, du charbon et de la citrouille, déguisé en fantômes et démons, magiciens et sorciers, vampires, zombies et loups-garous, squelettes et momies, araignées, corbeaux ou chauves-souris… on aime perpétuer cette vieille fête populaire. Au XIXe siècle au Royaume Uni ou en Irlande, le porte-à-porte des enfants pauvres pour demander de la nourriture fait son apparition et aujourd’hui, les enfants réclament des friandises par jeu, avec la fameuse formule Trick or Treat ! (« farce ou friandise »), remplacée en France par « des bonbons ou un sort ! » tandis que les plus grands ont le choix entre bal masqué, maisons hantées et films d’horreur. Et vous, comment fêtez-vous Halloween ce soir ?

<< Première partie : "De la Samhain à Halloween…"

La Libellule